Comment va l’immobilier en ce moment ?

Comment va l’immobilier en ce moment ?

De nouvelles variantes de Covid-19 inquiètent l’Europe, l’Italie est à nouveau confuse alors que les gouvernements tentent d’accélérer la vaccination. Les promoteurs immobiliers peuvent avoir besoin de faire des offres pour sauver leurs boîtes, et les municipalités devront probablement imposer des impôts aux propriétaires. Le tout dans un contexte où la fiscalité des actifs est élevée, et la seule bonne nouvelle semble être la stabilité probable des taux d’intérêt immobiliers . Voici objectivement 5 bonnes raisons de ne pas investir dans l’immobilier en 2021.

1- Les prix des logements neufs pourraient bouillonner

Pour le Kommissariat Général au Développement Durable, les prix des appartements neufs ont augmenté de 0,8%au 4e trimestre 2020. L’augmentation de l’observatoire LPI a été de 3,5 % en février 2021. Après une année difficile, il semble que le stock se reconstituera dans le processus de

A lire en complément : Comment remplir déclaration revenus fonciers 2019 ?

Pour Le Commissariat Général au Développement Durable augmentera le nombre de maisons et d’appartements pouvant être construits de 23% en 3 mois. Avec la reprise, le nombre d’appartements commencé augmente de 8,5% sur la même période.

fin de compte, les cotations boursières ont diminué de -19 % au quatrième trimestre de 2020, tandis que les ventes ont diminué de -29 % En . Les investisseurs n’ont représenté que 46 % des transactions immobilières neuves l’an dernier (source : Fédération des promoteurs immobiliers), probablement en raison d’un plan d’escompte fiscal Pinel limité à seulement 3 zones géographiques.

A lire également : L’instauration du RGPD dans le système de vidéo surveillance 

Il est donc probable que les organisateurs seront obligés d’offrir des offres commerciales pour rester actifs. Le Commissariat Général au Dévelopement note en permanence que le prix des maisons neuves au quatrième trimestre 2020 était de 4,8% par rapport au quatrième trimestre 2020 trimestre de 2019.

En conclusion, l’offre augmente, la demande diminue et les prix augmentent, ce qui fait penser à une bulle . Compte tenu de l’existence d’aides d’État, il est plus probable qu’elles explosent au lieu d’exploser.

2- La France est en pleine crise économique

Selon l’INSEE, la France a connu une récession de -1,4% dernier, durement touchée par la crise économique provoquée par Covid 19. La bonne nouvelle est que la campagne de vaccination s’accélère après un démarrage lent.

Les nouveaux vaccins apparaissent tous les mois, mais les nouvelles variantes sont plus nombreuses. De nombreux pays quittent Astra Zeneca, et il n’est pas du tout certain que d’autres vaccins seront de nouvelles variantes.

Alors devons-nous attendre avant d’acheter un bien immobilier, ou devons-nous attendre maintenant signer avant le retour de l’activité économique ?

L’ histoire le prouve, les prix au m² ont toujours baissé en période de récession. Cette fois-ci, cependant, cela ne semble pas être le cas du tout. Si le volume des ventes immobilières n’est pas revenu à son niveau avant COVID 19, les prix continueront d’augmenter.

Pour le baromètre LPI, les prix des vieilles maisons ont augmenté de 8,5% fin février 2021 par rapport à la même période de l’année précédente. Celles des anciens appartements gagnaient 5,9%. Dans ce contexte, Borroter Malin informe régulièrement ses lecteurs sur les villes à fort potentiel d’excédent immobilier.

3- L’imposition des revenus locatifs est élevée

Les loyers perçus sont soumis à une double imposition. Tout d’abord, après la réduction, ils sont soumis à une contribution sociale de 17,2% si le locataire est dans le système des microterres. Mais vous serez aussi appliqué au niveau progressif de l’impôt sur le revenu, toujours après une interdiction.

Un contribuable qui investirait dans l’immobilier en 2021 devra donc s’attendre à ce que son revenu fondu de plus de 33 % s’il compte 30 % en IMT. Certes, il y a des réglementations fiscales, en particulier un rabais de 50% sur la location meublée. Mais ne prévoyez pas de louer sur AirBnB pour échapper à la taxe

Le crédit de Malin a développé un calculateur de rentabilité qui prend en compte les dépenses générées par les taux d’intérêt, les cotisations sociales et l’impôt sur le revenu. Ce n’est pas parfait, mais c’est réaliste de l’essayer ici.

4- L’impôt foncier pourrait retirer

Si la taxe sur le logement était abolie, les allocations de l’État aux municipalités n’étaient pas augmentées. Les maires manqueront donc clairement de ressources cette année. Mais pour mettre de l’argent dans les boîtes, il n’y a qu’une seule solution : le l’impôt.

Il est donc probable que les propriétaires constatent que leur impôt foncier compense la réduction de la taxe sur le logement. En conséquence, les personnes qui investissent dans l’immobilier en 2021 peuvent s’attendre à une augmentation de la fiscalité locale.

Ce sera le cas à Sablé-sur-Sarthe (72) . En 2021, la taxe foncière des Sabolians augmentera de 8,6%, entre 72 et 108€ de plus pour les propriétaires.

Selon l’UNPI (Union nationale des propriétaires immobiliers), l’impôt foncier a déjà augmenté de 31,4% en 10 ans. C’est trois fois plus que l’inflation et six fois plus que la hausse des loyers.

Toutefois, les donateurs ont la possibilité de s’engager dans le système fiscal réel simplifié. Dans cette configuration, ils peuvent déduire toutes leurs dépenses , même si la part des intérêts ne dépasse pas celle des loyers.

5- Le crédit augmentera-t-il en 2021 ?

Pour sortir la zone euro de la pour faire face à la crise économique causée par l’épidémie de Covid 19, la Banque centrale européenne (BCE) injecte des liquidités sur les marchés financiers . Grâce à une stratégie, les taux de crédase seront abaissés, avec une moyenne de 1,14 % sur 232 mois en février 2021 (source de logements ASC/crédit).

Cependant, la variation des ratios immobiliers dépend du coût de la dette française après 10 ans. La crise économique causée par le coronavirus pourrait augmenter la dette française de près de 118%. La dette française pourrait devenir plus risquée et donc plus coûteuse, ce qui augmenterait théoriquement l’intérêt emprunteur.

Cependant, ce n’est pas le cas pour le moment, précisément parce que la BCE garantit les dettes des Etats . En conséquence, le coût de la dette française après 10 ans pour le moment est d’environ 0% et reste parfois en territoire négatif. fin avril 2021 c’était une valeur de -0,005% , ce qui signifie que les grands investisseurs ont toujours confiance en la France.

taux de crédit de la Banque A priori ne devraient pas évoluer en 2021 Les , car ils sont entravés par les prix élevés des anciens appartements, en particulier dans la région parisienne. Le coût des prêts immobiliers devrait rester très abordable en 2021 en raison de la volonté des banques de relancer l’activité économique d’ici 2021.

Show Buttons
Hide Buttons