Qu’est-ce que le prix d’émission d’une obligation ?

Afin de répondre à leurs besoins de financement, les entreprises disposent de plusieurs options. Elles peuvent soit opter pour un financement sur le marché des capitaux à travers l’augmentation du capital social, ou une introduction en bourse, soit recourir à des dettes.

Dans ce dernier cas, le créancier peut être une banque ou un investisseur du marché obligataire. Sur ledit marché, l’entreprise émettra alors la dette sous forme d’obligation avec un intérêt qu’il rembourse selon certaines modalités sur une échéance bien définies.

A découvrir également : Quelle banque en ligne crédit immobilier ?

Qu’est-ce qu’une obligation ?

Une obligation est un titre de créance représentatif d’un prêt à une entreprise, une collectivité territoriale ou un État. Concrètement, il s’agit d’une sorte de reçu émis par une entreprise lui permettant d’obtenir des fonds sur une période définie et entraînant l’obligation de payer un intérêt, mais aussi de rembourser en suivant les modalités de l’émission.

Caractéristique

Les obligations sont généralement comparées entre elles, car elles peuvent partager certaines caractéristiques. De manière générale, il s’agit de la valeur nominale ou faciale, du prix d’émission, du taux et de l’échéance de remboursement.

A voir aussi : Quel salaire pour emprunter 350 000 euros ?

Valeur nominale ou faciale

C’est le quotient du montant de l’emprunt obligataire divisé par le nombre de titres émis. Notamment, lorsqu’un émetteur décide d’emprunter cent mille euros, il peut fractionner le capital en différentes coupures de 1000 euros, ce qui lui permettrait d’émettre 100 titres.

En effet, plus il y a de titres relevant d’une même émission sur le marché, plus les échanges sont fluides, ce qui permet à l’émetteur de relever assez rapidement les fonds qu’il demande. Par ailleurs, convient-il de spécifier que la valeur faciale sert également de base au calcul des intérêts.

Prix d’émission

Le prix de l’émission est celui payé par le premier souscripteur pour chaque titre qu’il achète. Cependant, attendu que les obligations peuvent faire l’objet d’une cotation en bourse, le souscripteur peut revendre les titres qu’il a acquis, sur un marché secondaire.

L’émetteur n’entrant pas en jeu dans cette dernière transaction n’a aucun contrôle sur le cours du titre. Celui-ci peut alors fluctuer et s’éloigner très fortement du prix d’émission suivant l’offre et la demande.

Si l’émetteur est à l’œuvre pour la fixation du prix d’émission, il n’effectue pas cette opération arbitrairement. Au lieu de cela, il réalise une étude du marché en proposant à celui-ci une fourchette de prix. Selon la demande, le prix sera fixé.

Sinon il court le danger de voir son offre rejetée par les investisseurs. Aussi, le prix de l’émission d’une obligation s’apparente le plus souvent à la valeur faciale, contrairement au prix d’émission d’une action qui peut fortement s’écarter de la valeur faciale.

que le prix d'émission d'une obligation

Taux

La notion de taux comprend deux termes lorsqu’il s’agit des emprunts obligataires : le taux nominal et le taux actuariel. En ce qui concerne le premier, il correspond au taux fixe ou variable à appliquer à la valeur nominale pour le calcul du montant de l’intérêt que versera l’emprunteur au porteur des obligations.

Pour ce qui est du second taux, il équivaut au taux d’actualisation qui, appliqué à la somme de tous les flux financiers futurs (coupons et valeur faciale), rend cette dernière égale à la valeur actuelle de l’obligation avec la somme des flux perçus dans le futur.

Durée de vie de l’emprunt obligataire

La durée de vie de l’emprunt obligataire correspond à la période qui sépare la date de l’émission et le deadline définies pour le remboursement. En moyenne, l’échéance moyenne d’une obligation est de dix ans.

Le prix de remboursement

Il correspond à la valeur de l’obligation à la fin de sa durée de vie. Il peut être supérieur à la valeur nominale de façon à rendre l’obligation plus attractive pour les souscripteurs. Le cas échéant, la différence entre la valeur du remboursement et celle faciale est appelée prime de remboursement.

À la fin de la durée de vie de l’obligation, l’émetteur rembourse les dettes selon les modalités suivantes :

  • Remboursement in fine : L’émetteur rembourse le montant de la dette à la fin de l’échéance indiquée, mais verse à l’investisseur des intérêts chaque année ;
  • Remboursement par annuités constantes: Cette modalité laisse la possibilité à l’émetteur de l’obligation de payer à la fois les intérêts annuels et une partie de la dette. Le montant de cette part n’est pas fixe et peut dépendre de plusieurs facteurs ;
  • Remboursement par amortissement constant: L’émetteur de l’obligation verse ici à l’émetteur un montant identique comprenant ses intérêts annuels et le coût de la dette.

Les conditions de remboursement étant définies dès le départ, il n’est pas possible que l’émetteur alterne d’une année à l’autre entre les modalités suscitées.