Comment transporter une peinture à l’huile ?

Comment transporter une peinture à l’huile ?

En réponse à toute personne posant cette question, voici mes suggestions. Ils sont personnels, proviennent d’expériences différentes et sont certainement pratiqués par de nombreux peintres. D’autres considérations viennent du livre de Xavier de Langlais, avec lequel je suis tout à fait d’accord sur de nombreux sujets !

A lire aussi : Comment transporter un matelas à ressort ?

Je vous invite également à lire d’autres conseils importants sur l’huile, l’acrylique, etc. dans d’autres messages, ainsi que dans tous les commentaires ci-dessous .

Avec plusieurs solutions, c’est à vous de choisir celle qui vous convient le mieux :

A lire en complément : Comment trouver de l'aide pour un déménagement ?

Sur une toile déjà préparée, c’est-à-dire avec la toile apprêtée blanche :

FAIRE LE DESSIN  :

. soit le graphite ou le charbon (que je ne conseille pas). En peignant dessus, soit il disparaît « sale » la peinture avec du gris (ce qui n’est pas très ennuyeux, mais si vous aimez le travail propre, alors abandonnez !) À moins que, vous mettez soigneusement un chiffon pour enlever les traces de particules noires.. être du sang (ce que je fais très souvent). Ensuite, passez un chiffon pour le faire tourbillonner et retirer la poudre du crayon. Une couleur rougeâtre tache la peinture un peu et sans conséquences. Soyez très dilué avec de l’essence (jus) directement avec un pinceau avec de la peinture à l’huile.. ne soyez pas un dessin dans une rangée !

PRÉPARER UN JUS  :

Le jus est un peu de peinture à l’huile diluée avec de l’essence – pour faire un jus d’aquarelle. Souvent ocre est la couleur de base, neutre. Répartir ce jus sur toute la toile avec une grande brosse (cuisses de porc). Il coule, dommage, nous essuyons avec un chiffon… nous avons encore besoin de voir le dessin ci-dessous (si c’est un crayon). Ce bien prépare la couche suivante de peinture, légèrement huileuse.

Soit vous pouvez vous donner ce jus d’abord, puis faire votre dessin dessus lorsqu’il est sec 1- Faire le dessin comme avant par la méthode de votre choix, puis… 2- Préparez les différentes couleurs qui composent votre dessin. Ils sont posés sur la toile, aussi appelé « jus », léger, aquarelle, dilué avec de la térébenthine.

Ces couleurs approchent des couleurs finales (PAS LA FINALE !  !). Si vous donnez plus tard un violet foncé, par exemple, un magenta dilué. Si vous avez une orange, mettez un vermillon jaune moyen ou du cadmium, dilué. Ils vous aideront à comprendre visuellement l’équilibre des couleurs de votre couleur.

Si la toile entière est recouverte de ce jus coloré, prenez votre toile et tenez-vous devant un miroir (c’est pourquoi il y a toujours un miroir ou une glace dans un atelier de peinture !) Vous verrez si les couleurs sont bien placées, si vous aimez l’harmonie, si le dessin est bon ! Corriger si nécessaire.

PAR JUICE

C’ est d’une importance primordiale. Tout d’abord, du côté technique. Avec le « jus » précédent, le dessin prépare l’œil au sujet et prépare en même temps l’ « épaisseur du crochet » des couches suivantes. Il alimente la toile.

Ces bases sont faites avec de la peinture à l’huile. Vous pouvez également transformer votre arrière-plan préliminaire en ACRYLIQUE . Ils font la même chose pour le dessin, il suffit de remplacer la peinture à l’huile par de la peinture acrylique, si votre fond est fait avec de l’acrylique.

POURSUITE DES TRAVAUX SUR LE LIN

Vous pouvez ensuite sécher l’acrylique et passer à la peinture à l’huile. Dans ce cas, les techniques sont possibles et compatibles.

NE JAMAIS METTRE ACRYLIQUE SUR LA PEINTURE À L’HUILE. Pourquoi ? Peu Peu Peu importe si votre couche d’huile est épaisse ou mince, il faudra « un certain » temps pour sécher. Il n’est sec qu’après un certain temps. Donc, si vous l’appliquez (sur le film sec très mince), Peinture acrylique, qui sèche très rapidement, tout sèche progressivement complètement, va se froisser, se fissurer, faire « peau d’orange », comme on dit ! et c’est la catastrophe !

C’ est pourquoi une loi dans la peinture à l’huile est très importante : TOUJOURS peindre en gras sur maigre. La couche inférieure doit être moins grasse que la couche supérieure. Donc, nous commençons une peinture soit dans la peinture à l’huile de jus d’essence (expliqué ci-dessus) ou en acrylique. Ensuite, les couches suivantes seront avec de la peinture à l’huile de lin. En très petites quantités d’abord, puis, si nécessaire, avec un peu plus après.

C’ est pourquoi les glaçures qui viennent dans la dernière étape de la table, soit dans l’huile ou dans les cas moyens, sont beaucoup plus épaisses que les couches précédentes. (voir le chapitre glacis sur ce blog)

BROSSES USAGÉES :

Au début de la table, donnez la préférence à la brosse à cheveux de porc blanc, cheveux durs. Les formes « langue de chat » ou « plate » sont plus pratique. Lors de la peinture, choisissez soit mungul, qui est plus doux et plus flexible et permet des transitions intéressantes sans traces de coups de pinceau. Restez soit sur les cabanes de porc, dans ce cas, les marques de la brosse seront plus clairement visibles. Il a le goût du sien.

TECHNIQUE DES COUTEAUX :

Si vous décidez d’utiliser cette technique au lieu d’une brosse, faites le « jus », puis une première couche maigre avec une brosse avant de commencer avec un couteau. Au moins, je le recommande au lieu de commencer directement avec le couteau !

N’ hésitez pas à poser des questions, donner vos propres conseils et lire les commentaires. .. suivre comment puis-je peindre une peinture à l’huile ? questions/réponses

Show Buttons
Hide Buttons